Témoignage : Le monde du travail et ses difficultés

Le monde du travail… Un sujet sur lequel j’ai envie de me pencher aujourd’hui; notamment sur la face pas tellement rose du métier d’éduc de jeunes enfants en structure dite « classique »…

C’est quelque chose que j’ai pu observer à différentes reprises durant mes stages de formation en crèche : des professionnelles « malmenées », « incomprises », « usées »… Certains sentiments que j’ai pu ressentir moi aussi, à un moment donné en tant que professionnelle et d’on j’ai vraiment envie de parler…

HTB1cjatGXXXXXbCXpXXq6xXFXXX9

Je me suis beaucoup remise en question vis-à-vis de mon positionnement, de mon rôle en tant que professionnelle EJE terrain puis EJE/adjointe…  L’empathie, la souffrance des autres : des collègues, des familles qu’on accueillent, de l’enfance car ce n’est pas tout rose l’enfance 😉 c’est-à-dire LES EPONGES que nous sommes, nous demande de faire un énorme travail de distanciation par rapport à tout ce que l’on reçoit, mais bien sur autant de positif que de négatif.

Je pense à la souffrance du « non dit » aussi, c’est-à-dire, de tout ce qui crée la tension dans une équipe, des critiques dites derrière, donc la souffrance de l’hypocrisie des uns et des autres… et aussi la souffrance du poids institutionnel…

Sans oublier les difficultés rencontrés dans un milieu très féminin : la jalousie, les bla bla, la compétition…

Je crois que ce qui à été douloureux pour moi, c’est de réaliser que le social, c’est comme partout, tu t’attends à travailler avec des personnes à l’écoute, qui savent se remettre en question, qui ont des jugements (comme tous le monde) mais qui savent voir derrière la personne, qui cherche à connaitre l’autre, et bien non, c’est assez représentatif d’une grande partie de la société : Il y a du beau et du moins beau 😉 Et heureusement que l’authenticité des enfants réchauffent notre cœur au quotidien…

Pour conclure cet article, rassurez-vous, malgré tout ça, je reste passionnée par mon métier, par ce milieu de « l’enfance » qui me plait tant. Et je compte m’enrichir encore et encore… J’aime orienter, soutenir  les familles, accompagner les enfants…  J’aime continuer à apprendre dans ce domaine si enrichissant humainement.

Cependant… Je m’interroge pour l’avenir :

Vais-je continuer à travailler en crèche ? En poste de terrain, d’adjointe ou prendre un poste de directrice ? Être responsable pédagogique en micro-crèche ? Ou bien changer de type de structure pour un RAM, une crèche familiale ? Ou encore évoluer dans l’animation, en tant que directrice de centre de loisirs ? (Le diplôme d’EJE le permet ;-)) Peut-être même que je pourrais faire une formation supplémentaire et complémentaire à ma formation initiale ^^ tout en restant dans le domaine de l’enfance, social, psychologie ? Et pourquoi pas assistante maternelle ? Ouvrir ou travailler dans une MAM (Maison d’assistantes maternelles) ? … Ou même être formatrice pour les AM ou CAP petite enfance ?  Tellement de projets sont possible…

Bien des questions quand à mon avenir professionnel 😉 … Le futur reste incertain et réserve bien des surprises… l’important, je pense, c’est de rester fidèle à sois même, ses principes, ses valeurs dans la vie : rester authentique ^^ et poursuivre le chemin de ses rêves et ambitions…

Bonne route à vous et surtout : SOYEZ HEUREUX !!!

Et vous, quelle vision avez-vous du MONDE DU TRAVAIL ? J’attends vos expériences et témoignages…

Illusion/désillusion : Comment réagir face à certains comportements ? à vos clavier !  

 

 

 

Publicités

Accompagner l’estime de soi

J’aimerais vous faire partager les valeurs qui me sont propres, en tant que professionnel de la petite enfance mais aussi en tant que femme. Car selon moi, les deux sont étroitement liées. Je travail avec « l’humain ». Ainsi nous devons prendre en compte dans ce métier : notre vécu, notre personnalité ainsi que celles des autres : professionnelles, parents, enfants. Ce qui peut-être relativement « difficile » par moment…

11918331-un-pissenlit-soufflant-les-graines-dans-le-vent

Selon moi, l’adulte en devenir se construit avant tout, au sein de sa famille : « L’estime de soi » passe par les mots employés, les attitudes que les adultes portent à l’enfant durant la période de son enfance.

De ce fait, je pense que les paroles, les actes et les gestes peuvent avoir des conséquences sur la construction identitaire de l’enfant, par la suite, en tant qu’adulte.
En effet, il me semble que l’enfant est « éponge » des émotions qu’on lui transmet, celles qu’il peut observer. Ce dernier peut retransmettre ces émotions à son tour car il apprend de ce qu’il voit, de ce qu’on lui dit.
De ce fait, énormément de choses ce jouent pour l’adulte en devenir à cette étape de vie.

En conclusion, il est très important, je pense : « d’aimer, écouter, soutenir, encourager, valoriser : ACCOMPAGNER l’enfant dans ses apprentissages, ses expériences (et de ne pas faire à sa place ;-))… tout au long de sa vie et particulièrement durant les 1 ères années. Soyons les plus bienveillant possible, présent physiquement et psychiquement pour l’enfant, AFIN DE FAVORISER AU MIEUX, LES BASES DE SA CONSTRUCTION IDENTITAIRE…

PS: Ces valeurs me portent et elles ont été un point de départ pour élaborer mon mémoire de formation d’EJE 😉 …un sujet qui me touche particulièrement…